Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Toutes deux sont caractérisées par une inflammation de la muqueuse intestinal en lien avec une hyperactivité du système immunitaire. Bien qu’il n’existe pas à ce jour de traitement curatif, les médicaments proposés permettent de contrôler durablement la maladie. Ils assurent ainsi une qualité de vie satisfaisante en dehors des poussées.

mici microbiote
Besoin de soutien ?
Découvrez l’AFA, l’unique association nationale dédiée au soutien et à l’accompagnement des personnes malades de Crohn et de rectocolite hémorragique (RCH), et leurs proches.
Symptomatologie

Les poussées inflammatoires se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes et parfois sanglantes et, dans les cas les plus graves, une atteinte de la région anale (fissure, abcès). Elles s’accompagnent souvent de fatigue, d’anorexie et de fièvre, voire de manifestations extra-intestinales (articulaires, cutanées ou oculaires).

Chez environ 20% des patients, les crises sont sévères : leur intensité peut imposer l’hospitalisation, l’arrêt de l’alimentation et un traitement par perfusion pendant quelques jours. Par ailleurs, les MICI sont associées à un risque accru de cancer colorectal.

Etat du microbiote chez des patients souffrant de MICI

De nombreux arguments d’observation ou d’intervention sur l’homme témoignent du rôle du microbiote dans la pathogénie des MICI :

  • Les lésions des MICI prédominent là où les bactéries sont les plus nombreuses (iléon et côlon),
  • Les polymorphismes génétiques associés à un risque de MICI portent sur des gènes de reconnaissance de bactéries et/ou l’autophagie,
  • Le microbiote des sujets atteints de MICI est différent qualitativement et quantitativement de celui de sujets sains: augmentation de la proportion d’entérobactéries dont Escherichia coli adhérent invasif, diminution de la biodiversité des bactéries de l’embranchement Firmicutes, diminution de certains grands groupes bactériens (Faecalibacterium prausnitzii, Roseburia, ou encore Akkermansia),
  • Des transferts de microbiote ont montré une efficacité thérapeutique dans la rectocolite hémorragique.

INSERM, institut national de la santé et de la recherche médicale https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale

AFA-France https://www.afa.asso.fr/lafa/