Le microbiote intestinal est au cœur des préoccupations de la recherche scientifique et médicale. Les découvertes récentes sur ce micro-monde niché dans notre ventre ouvrent des perspectives pour mieux comprendre et, pourquoi pas, guérir des maladies aussi diverses que le diabète, l’obésité, les maladies inflammatoires de l’intestin, certains cancers ou encore l’autisme. Il est maintenant prouvé que les nombreuses agressions que nous subissons ou entretenons dans notre quotidien sont un véritable « stress » pour l’organisme qui génèrent une réponse inflammatoire délétère risquant de déséquilibrer notre flore intestinale.

Microbiote et inflammation

L’inflammation est avant tout un phénomène physiologique et indispensable permettant à notre organisme de s’adapter en permanence face à tout nouveau changement. Mais il arrive que sous l’effet d’un stress trop important ou répété, la réponse inflammatoire dépasse nos capacités adaptatives et devienne alors néfaste.

Comment se déclenche la réponse inflammatoire au niveau de notre intestin ?

Des composants pro-inflammatoires anormalement présents au niveau de notre intestin grêle, nommés antigènes, sont à l’origine de cette réponse. Les macrophages, cellules de notre système immunitaire, sont chargés d’absorber et de digérer les corps étrangers intestinaux. A côté de ça, ils produisent des médiateurs pro-inflammatoires appelées cytokines qui vont à leur tour déclencher une inflammation locale et augmenter la perméabilité de la muqueuse intestinale. Les antigènes peuvent alors la traverser, passer dans la circulation sanguine et provoquer un phénomène inflammatoire à distance dans d’autres tissus comme les articulations ou encore le système nerveux central.

microbiote-inflammation

Que ce soit dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), les maladies auto-immunes (sclérose en plaque, rhumatismes inflammatoires chroniques, psoriasis), les maladies psychiatriques et bien d’autres, l’inflammation est omniprésente. Elle est la preuve d’une sur-réaction de notre organisme vis-à-vis de quelque chose qui lui est non adapté physiologiquement. Nous comprenons alors pourquoi il est primordial de préserver son microbiote, véritable barrière entre le milieu extérieur et intérieur.

Les origines de la dysbiose et de l’hyper-perméabilité intestinale

Le premier facteur responsable de la dysbiose et de l’hyper-perméabilité intestinale est bien sûr une alimentation principalement industrielle, riche en acides gras saturés et en sucres raffinés.

Mais d’autres facteurs interviennent :

-L’absence de mastication efficace permettant de pré-digérer les aliments, véritable problème chez les personnes âgées ou ayant de mauvaises dents,

-Les prises excessives ou trop fréquentes d’antibiotiques,

-Les suites de maladies infectieuses intestinales comme les fameuses gastro-entérites saisonnières,

-L’alcool et le tabac bien évidemment,

-Un stress chronique souvent associé à un manque d’activité physique régulière,

-Un syndrome dit « d’ischémie re-perfusion » fréquent chez le sportif chez qui l’intestin est littéralement envahi de radicaux libres

-Les infections chroniques comme les candidoses qui, il faut le souligner, peuvent être à la fois causes et conséquences de la dysbiose,

-Les déficiences nutritionnelles chroniques, notamment en zinc, magnésium, glutamine (dans le cadre de régimes végétariens mal conduits), les déficiences vitaminiques (vitamine D, certaines vitamines de groupe B) et en coenzyme Q10.

INSERM, institut national de la santé et de la recherche médicale https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale